Bienvenue / Welcome

Première visite? Lisez à notre sujet.
First visit? Read about us.

Pour lire la série de photoroman, commencez au premier épisode.
For the photowebcomic, start with the first episode.

Pour voir le film, cliquez ici.
To see the movie, click here. (French version only)

Publié dans Informations & Details | Laisser un commentaire

1 Gay 1 Hétéro, Le Film, au complet, en ligne!

1 gay, 1 hétéro – le film from Marc Desaulniers // Vidéaste // on Vimeo.

Ah, et maintenant, vous pouvez visiter la chaine Youtube de 1G1H.

_____

Cette série n’existe plus.  Le Gai a décidé de faire son suicide artistique, comme il le dit.

Ceci est l’histoire de la série.  C’est l’arrière du décor, tel que vu et vécu par L’Hétéro.

Afin de faciliter la lecture, tous les gens dont il sera question dans cette histoire seront désignés par leurs noms de personnages. Exemple : Au lieu de parler de Luc Bernier et de son personnage Johnné, il sera toujours désigné comme « Johnné », autant dans le civil que dans la série.

Cette histoire a été écrite en respectant le plus possible les faits, et sera appuyée régulièrement par des preuves sous forme d’images.

Enfin, puisque c’est l’histoire de la série, Il ne sera question que de ce qui la concerne directement.  Les autres détails de la vie privée des gens impliqués ne seront pas abordés.

Bonne lecture.


Les premiers contacts
De son propre aveu, L’Hétéro a toujours eu un côté égocentrique.  Aussi, il lui arrive parfois de faire des recherches à son propre sujet sur Google.  En cet automne de 2007, les termes qu’il cherche sont : magazine Wow BD Jon-Son. Ce n’est pas la première fois qu’il fait cette recherche.  C’est qu’il est curieux de savoir si, quelque part sur le net, quelqu’un se souvient de ses débuts dans la bande dessinée, à l’époque où il était publié dans le magazine Wow sous le pseudonyme de Jon-Son. À date, cette recherche lui donne surtout des sites parlant du chat Garfield.

Ce jour-là pourtant, L’Hétéro trouve enfin ce qu’il cherche sur Blogspot, sous la forme d’un billet sur le blog du Gai. Dans celui-ci, Le Gai montre un scan de la première bande dessinée de l’Hétéro à être publiée, tirée du numéro de juin 1988 de Wow, en se demandant bien ce que ce dessinateur est devenu.  L’Hétéro n’est que trop heureux de laisser le commentaire suivant à cet inconnu :

« Aaah, Madonna. Une des rares à avoir survécu aux années 80, soit l’époque où je travaillais pour le Magazine Wow!

Eh oui, ici l’artiste anciennement connu sous le nom de Jon-Son. C’est l’fun de savoir qu’il y en a encore au moins un qui se souvient de mes premiers gribouillis publiés.

Bonne journée. »

Puis, il clique sur Publier commentaire, et reçoit aussitôt un message comme quoi seuls les membres de Blogspot sont autorisés à laisser des commentaires, suivi d’une invitation à s’y inscrire. Étant donné que l’Hétéro a déjà un blog anglophone sur MySpace, une page web sur Geocities, en plus de ses deux webcomics, The Eight et Artiztech College, il n’a pas vraiment envie de s’ouvrir un nouveau compte ailleurs, surtout si c’est pour ne laisser qu’un commentaire.

Les mois passent.

Mai 2008. L’Hétéro recherche encore de temps en temps magazine Wow BD Jon-Son, mais ne trouve jamais rien de plus à ce sujet que le billet de blog du Gai.  Aussi, il décide de chercher Le Gai sur Facebook, histoire de pouvoir lui envoyer enfin le commentaire que Blogspot refusait de publier.  Apparemment, cette interdiction n’avait pas empêché Le Gai de voir le commentaire, car quelques minutes plus tard, il lui répond ce qui suit :

Le gay et l’hétéro finissent par se rencontrer à l’été de 2008.  Et malgré leur différences d’orientation sexuelle, le courant passe très bien entre eux car ils ont tous les deux des aspirations artistiques.  Ils deviennent amis et se réunissent souvent entre eux ou bien avec des amis.

Un jour, le gay montre à l’hétéro un projet de BD de son cru.  De courts gags qui les mettent en vedette.  le gay propose qu’ils s’associent pour faire une série de BD, le gay au scénario, l’hétéro au dessin.  Si l’hétéro aime l’idée d’une série de courts gags, en revanche il aime moins celle de la faire sous forme de BD, car la chose prend beaucoup de temps.  Aussi, il propose un amandement à l’idée du gay: Un photoroman, que l’on mettra sur le web.  Ou, comme il l’appelle, un photowebcomic.  L’idée est adoptée.  Certains essais sont réalisés en septembre 2009, mais la technologie étant ce qu’elle est à l’époque, peu de plateformes sur le web conviennent au format du comic.  Les hôtes d’images n’aident pas car certains ont des réglements tellement exagérés en matière de bon goût qu’ils effacent toutes images où l’on retrouve la mention « gay ».  L’hétéro décide alors d’utiliser la plateforme gratuite de WordPress qui n’était jusque-là utilisée que pour les blogueurs, et de se payer un compte d’images sur Photobucket.  Cette fois, tout fonctionne.  Le 3 octobre 2009, le premier épisode est mis en ligne.

L’hétéro, vétéran du magazine Safarir où il a travaillé pendant sept ans, se met de la partie à la scénarisation, ce qui fait que c’est parfois lui et parfois le gay qui écrit les épisodes.  Et parfois, c’est l’un qui trouve l’idée et l’autre qui écrit les dialogues.  On essaye de faire un épisode par semaine, mais il arrive parfois que pour diverses raisons il s’écoule quelques semaines entre chaque parutions.   L’un de ces délais finit par atteindre six mois.

C’est que, entre le tournage de ses reportages, l’organisation du party retrouvailles du Limelight et le fait qu’il vient de rencontrer l’homme de sa vie, Le Gai est très occupé. Cependant, avoir passé un an dans le milieu du tournage, autant pour l’École du Show Business que dans les productions amateur, Le Gai décide de revenir à l’un de ses plans d’origine pour la série : Une version filmée. Quoi de mieux en effet qu’un film pour repartir la série en beauté.

Le Gai considère que la série sera la version moderne de l’émission Moi et l’Autre. En effet, dans les deux cas, il s’agit de comédies racontant le quotidien et les problèmes amoureux respectifs de deux colocataires qui n’ont que peu en commun. Le côté moderne réside dans le fait qu’il s’agit ici de deux hommes, l’un gai et l’autre hétéro, puisqu’une telle chose n’aurait pas pu être vue à la télé dans les années 60. Il planifie ce projet comme pilote pour un projet de série destinée à la télé.

Il nous écrit donc le scénario de ce qui sera le pilote: 1 Gay 1 Hétéro, le film.   Bon, le mot « film » est un peu prétentieux pusqu’il devait s’agir ici d’un épisode de 22 minutes.  Finalement, au montage, il n’en fera que 15.


HISTOIRE DU TOURNAGE

Début de Novembre 2010. Dès qu’il a fini le premier jet de son scénarion, le Gai l’apporte à l’Hétéro pour une première lecture.  Puisqu’il s’agit d’un premiet jet, il y aura certains changements à apporter.  Mais dans l’ensemble, c’est une bonne base.

LE GAI : Pis? Comment tu trouves ça?
L’HÉTÉRO : C’est bon!  Il y aura juste deux ou trois petits trucs à réviser et ça va être parfait.
LE GAI : Comme?
L’HÉTÉRO: Ben, y’a pas mal de vulgarité, je trouve. Notre série a toujours été de bon goût et pour tous.  Prends juste le pesonnage de Johnné.  Dans le photoroman, il démontre avoir un caractère rentre-dedans, mais jamais on ne le voit utiliser de jurons.  ici, il sacre à tour de bras.
LE GAI : Oui mais ça c’est un film qu’on va présenter dans des festivals de films gais. Ceux qui vont le voir sont tous des adultes.
L’HÉTÉRO: Je vois! L’autre affaire qui me dérange, c’est que dans le scénario, je me propose contre ton gré pour faire de la ligne érotique.  Et dans la scène suivante je te blâme de m’avoir embarqué là-dedans. Ça ne tient pas debout.
LE GAI : Justement, c’est ça le gag.
L’HÉTÉRO: Ah bon !? … Mais c’est absurde!
LE GAI : Ben oui ; c’est de l’humour absurde.
L’HÉTÉRO: Bon… Mais plus loin, quand le téléphone sonne, je n’y réponds pas. Et ensuite, je dis à Kévine que les appels se sont bien passés, que ça s’est fait tout seul, alors que c’est complètement faux.
LE GAI : C’est ça la joke : Tu lui mens!
L’HÉTÉRO: … Ah bon!? … En tout cas, y’a aussi le fait que le texte fait référence à certains détails spécifiques tirées de la version photoroman. Comme ta scène avec Johnné dans lequel tu lui rends sa perruque qu’il a perdu dans l’épisode 24. Personne ne va la comprendre, celle-là.
LE GAI : Ben oui : Nos lecteurs!
L’HÉTÉRO: Mais voyons!  Le public en salle ne sera pas constitué que de nos lecteurs.
LE GAI: Justement: S’ils veulent comprendre, il va falloir qu’ils le deviennent.  Le film va nous faire de la pub.

Voilà qui est totalement contraire à toute logique au sujet des médiums filmés.  Pour un concours, passe toujours que l’on doive dire au lecteur d’aller sur notre page web.  Mais pour comprendre un épisode d’une série, l’épisode se doit d’être complet en lui-même, sans faire de références.

L’HÉTÉRO: Pis c’est quoi cette réplique de Samantha au sujet du Coke Orange, « Pis c’est tellement bon avec d’la vodka ? » Pourquoi est-ce qu’elle dit ça? Cette réplique est complètement inutile dans cette scène.
LE GAI : Ça fait allusion au fait que Samantha est danseuse au bar Les Boules d’Or. Dans un bar, y’a de l’alcool. C’est pour ça qu’elle sait que les barmen font leur version du vodka & jus d’orange avec du Coke Orange.
L’HÉTÉRO: Ok, wow!  C’est loin d’être évident, ça.
LE GAI : Si l’monde sont le moindrement intelligents pis qu’ils se donnent la peine de réfléchir, ils vont comprendre.

Aussi bien dire qu’il ne trouve pas que l’hétéro est le moindrement intelligent.

L’HÉTÉRO: M’ouain… En tout cas, le plus gros problème selon moi, c’est que ce n’est pas vraiment une histoire, ton film. C’est rien qu’un paquet d’anecdotes qui se suivent sans avoir rapport les unes avec les autres.
LE GAI : Ben oui : Comme notre série de photoromans, quand on en lit tous les épisodes l’un à la suite de l’autre.

Apparemment, dans la tête du Gai, ce n’est pas à lui à amener le public à comprendre toutes les scènes du film.  C’est plutôt au public d’avoir l’intelligence, la connaissance de la série et l’esprit de déduction requis pour tout comprendre. Ça a beau être illogique et aller à l’encontre de toutes les règles de l’écriture pour grand public, il n’en démord pas.  Peu importe l’argument amené par L’Hétéro, Le Gai considère que le premier jet de son scénario est parfait et qu’il ne faut pas en changer une ligne.  

Le tournage se fait chez L’Hétéro. Le tout le premier jour du tournage, celui-ci ne peut s’empêcher d’être préoccupé par les lacunes du script, lacunes dont il se doute bien que le public ne leur pardonnera pas. L’Hétéro a derrière lui une carrière d’auteur et scénariste professionnel ayant débuté en 1988, l’ayant amené à être publié dans Wow, Safarir, Summum et Le Journal de Montréal, pour ne nommer que les plus connus, en plus de sa formation d’auteur à l’École Nationale de l’Humour. Bref, il sait de quoi il parle. Mais après la discussion qu’il a eue avec Le Gai, il sait aussi qu’il est inutile d’insister sur le sujet. Jamais il n’acceptera que l’on modifie son scénario.

L’Hétéro a soudain une idée : Si Le Gai refuse que l’on modifie les scènes qu’il a déjà écrit, en revanche il acceptera peut-être que l’on en rajoute. L’Hétéro imagine immédiatement deux courtes scènes pouvant résoudre les plus grands problèmes du film :

  • Au lieu de ne pas répondre au téléphone érotique, le personnage de L’Hétéro n’a qu’à ouvrir le cellulaire, faire jouer le DVD porno amené au début de l’histoire, et laisser la trame sonore érotique satisfaire la personne qui appelle. Ainsi, un élément de l’histoire est utilisé pour en résoudre un autre. Et en plus, lorsqu’il dira à son cousin que « Ça s’est fait tout seul », là ce sera vrai. Bon, il reste que c’est répondre à une ligne érotique gaie avec un film hétéro, mais faut faire avec ce que l’on a.
  • La scène finale montrera Kévine, Johnné et Samantha ensemble au lit. Non seulement ça conclut en ramenant ces trois personnages qui disparaissent sans explications au milieu du film, Le Gai et L’Hétéro sont ramenés au statut de célibataire qu’ils avaient au début. La boucle est donc bouclée, donnant un sentiment de conclusion satisfaisant. Enfin, en terminant le film avec Samantha qui dit « Pis c’est tellement bon avec d’la vodka! », cette phrase devient un rappel, ce qui lui donne une raison d’être au lieu d’être une phrase inutile, sans rapport avec la scène dans laquelle elle est dite.

Le Gai accepte ces ajouts, non sans une certaine réticence qu’il expliquera dans ces termes:

LE GAI : Mais là… Va falloir mettre ton nom au générique comme co-scénariste.
L’HÉTÉRO : Pas besoin! J’ai derrière moi 22 ans de carrière en tant qu’auteur et scénariste professionnel, j’ai pas besoin de rajouter ton film dans mon CV. De toute façon, ce n’est pas moi qui veut faire carrière dans le cinéma, c’est toi. Le film va rester TA carte de visite, tel que prévu.

LE GAI: N’empêche… Avec tes rajouts, je me fais faire cocu par mon chum qui me trompe avec mon ex. J’ai l’air de quoi, à c’t’heure!?

Le Gai semble avoir un problème à faire la distinction entre la réalité et son film, et a l’air de croire que le public aura les mêmes difficultés. Il n’a cependant pas le choix de voir que ces ajouts améliorent le film en résolvant plusieurs lacunes et/ou éléments laissés en suspens dans l’histoire.

Malgré ces nouvelles scènes, le tournage n’aura pris que deux jours et se termine même en avance sur l’horaire. Le hasard a voulu que tout se déroule à la perfection, sans un seul imprévu pour venir ralentir ou gâcher le moindre aspect du tournage, chose extrêmement rare, même sur les plateaux professionnels. Trois semaines plus tard, le montage est terminé.

Quelques explications nécessaires.
En visionnant le film, certains spectateurs ont pointé divers éléments qui n’étaient pas clairs pour eux.  Puisque c’est probablement le cas pour la majorité, voici donc les dits éléments, le moment où ils apparaissent dans le film, et leurs explications :

00 :01: La mention « 12 octobre ???? »
Le ???? est l’année, qu’ils ne voulaient pas dire. Il aurait mieux valu se contenter d’écrire 12 octobre tout simplement.

00 :05: L’étrange télécommande.
La raison pourquoi L’Hétéro tient la télécommande de côté et qu’elle a un fil, c’est parce que Le Gai a insisté pour que ça évoque un Jerrold. Pour le 85% des spectateurs qui n’ont pas compris le gag : Le Jerrold était une des premières télécommandes, fournie par Vidéotron lorsque l’on s’abonnait au câble, vers 1978-1982.
Ceci va avec le thème visuel plus ou moins présent dans la série comme quoi ces colocataires collectionnent les antiquités.

00 :30: « Ça fait longtemps qu’y s’passe pu rien avec nous autres. »
Référence au fait qu’au moment du tournage, il s’était écoulé six mois depuis le dernier photoroman. Une référence qui échappe à 100% des spectateurs.

02 :15: Les images tirées du photoroman.
C’est pour évoquer l’une des premières apparitions du personnage de Samantha dans le 15e épisode du photoroman, un détail qu’aucun spectateur ne peut comprendre, à moins d’être un lecteur de la série.

03 :14: Le film porno se nomme Consentement.
Le Gai a rencontré la comédienne qui joue Samantha sur le plateau du film Consentement réalisé par l’École du Show Business. Puisque Le Gai a réussi à se mettre à dos le deux tiers des gens impliqués dans ce film, incluant le prof, ceci est un beau fuck you de sa part, envers l’École du Show Business, ainsi qu’aux gens impliqués au Consentement original. Car comme il l’explique lors d’une entrevue à d’Urbania

04 :08: Consentement (suite)
Le dialogue du film porno est sensiblement le même que celui du Consentement original, sauf qu’il faut remplacer « Attendre qu’un homme meurt pour qu’on me transplante son cœur » par « Attendre qu’un homme bande pour que je lui suce la queue ». Encore une référence que maximum 12 personnes sur la planète peuvent comprendre.

05 :09: Les images du photoroman.
C’est pour évoquer la première apparition du personnage de Johnné dans l’épisode 24, un détail qu’aucun spectateur ne peut comprendre, à moins d’être un lecteur de la série.

06 :10: « Ta perruque »
C’est pour évoquer le fait que lors de sa première apparition dans le 24e épisode du photoroman, le personnage de Johnné avait perdu sa perruque, un gag qu’aucun spectateur ne peux comprendre, à moins d’être un de leurs lecteurs, ET de se rappeler de ce détail.

06 :53 « Kévine? Daniel? Kévine? Samantha? Steve? Kévine?  »


Pourquoi est-ce que Kévine est surpris de voir Le Gai, alors qu’il vient de sonner chez lui?
Pourquoi est-ce que Kévine est surpris de voir L’Hétéro, alors qu’il vient de sonner chez lui?
Pourquoi est-ce que Samantha et Kévine semblent surpris de se voir, alors qu’ils ne se connaissent même pas?
Pourquoi est-ce que l’Hétéro est surpris de voir Johnné alors que Le Gai lui a annoncé dès le début qu’il s’en venait chez eux?
Où est la logique?

La réponse à toutes ces questions est simple: Le Gai avait tellement envie de plagier une scène du grand classique The Rocky Horror Picture Show qu’il ne s’est pas arrêté au fait qu’elle n’avait aucune logique lorsque adaptée à 1 Gay 1 Hétéro.

Quand on vole une idée en espérant que ça passe inaperçu, ce n’est pas tellement brillant de choisir une scène tirée d’un des plus grands classiques de tous les temps. Et oui, il s’agit d’un plagiat et non d’un hommage, sinon il l’aurait mentionné.

07 :40: « Ouais, y m’a flushé par email »

Double référence. D’abord au fait que Kévine met fin à leur relation à l’épisode 19 du photoroman. Ensuite, que le personnage de Kévine a été créé par Le Gai afin de dénoncer le fait qu’un de ses ex, dans la vraie vie, avait effectivement cassé via courriel. Un autre beau fuck you personnel en inside.

Sauf que, en utilisant ce film pour dénoncer quelque chose que son ex lui a fait, au lieu de le lui dire en personne, Le Gai est exactement ça, « même pas capable capable de faire les choses en pleine face. » Et pire encore: Au lieu de dire lui-même cette réplique dans le film, il la fait dire par le personnage de Johnné. Ceci rend Le Gai doublement coupable de ce qu’il dénonce lui-même, soit d’être même pas capable de faire les choses en pleine face.

10 :08 «T’es donc ben poche. « Roger » ? C’est comme si tu cruiserais avec une « Huguette ». »
Huguette était le prénom d’une prof de maths d’école secondaire que Le Gai n’appréciait pas. Un autre beau fuck you personnel en inside.

11 :15 Les images du photoroman.
Cette scène est tirée du 7e épisode, dans lequel le don de sang de L’Hétéro est accepté car il est hétéro, même s’il a un comportement à risque, et celui du Gai est refusé, même s’il a un comportement on ne peut plus sécure. La raison de la présence de cet extrait dans le film? Y’en a pas!

Il y a trois trucs que l’on peut constater dans ce scénario écrit par Le Gai (avant les deux scènes rajoutées par L’Hétéro) :

Truc 1 : Tout le monde a des défauts, sauf Le Gai. Voyez plutôt :

  • L’Hétéro est un menteur, un obsédé sexuel, un irresponsable, un idiot et un lâche.
  • Samantha est une salope.
  • Johnné est vulgaire.
  • Kévine est sans-gène, voire même manipulateur.

Mais Le Gai, par contre, est totalement irréprochable.

Truc 2 : Le Gai est victime des agissements des autres, jamais l’inverse. Voyez plutôt :

  • L’Hétéro s’embarque dans un travail sans réfléchir, et a besoin du Gai pour faire le boulot à sa place.
  • L’Hétéro essaye de mettre le blâme sur Le Gai pour la responsabilité de la ligne érotique.
  • Samantha dégoûte Le Gai avec son film porno.
  • Johnné refuse de s’investir (au début) dans le couple qu’il forme avec Le Gai.
  • Kévine réveille Le Gai en sonnant chez lui aux petites heures.
  • Ce même Kévine qui a rompu avec lui par *gasp* courriel.
  • Le client de la ligne érotique qui insulte Le Gai avec son fantasme dégoûtant.
  • Et le punch final (original, donc pré-générique) démontre clairement que tout ça est de la faute de L’Hétéro… Du moins, selon Le Gai.

Mais Le Gai, par contre, est le seul qui ne cause de problèmes à personne. Il ne fait que subir ceux que lui causent les autres.

Truc 3 : Le Gai est le seul personnage compétent et proactif. Voyez plutôt :

  • Il doit aller chercher Johnné qui, apparemment, n’est pas capable d’aller à l’appartement seul, malgré le fait qu’il est clair qu’ils se fréquentent depuis un bout.
  • Sans jamais avoir fait de la ligne érotique, Le Gai prend l’initiative (et le téléphone) et fait ça comme un pro.

Bref, en écrivant ce court métrage, Le Gai s’y dépeint lui-même comme étant un gars parfait, sans défauts, irréprochable, qui fait ce qu’il a à faire, mais qui a le malheur d’être entouré d’incompétents, d’irresponsables, de gens qui l’embarquent dans des trucs sans lui demander son avis, et qui lui causent des problèmes.

Et ça, c’est la partie la plus irréaliste de cette fiction, quand on la compare avec la manière dont les choses se sont passées dans la vraie vie tout le long de l’existence de la série 1 Gay 1 Hétéro.

(La suite? Peut-être, un jour!)

Publié dans Informations & Details | 4 commentaires

1 gay 1 hetero + Image et Nation

(English text below image)

Eh oui, un an après avoir été tourné,  1 Gay 1 Hetero, le film, fait partie de la programmation du festival de film Image et Nation édition 2011. Les détails sur http://www.image-nation.org/2011/film.php?date=2011-11-01

Si vous venez justement via le lien posté sur Image et Nation, donnez-vous une bonne idée du film, en lisant nos aventures, à commencer par l’épisode 1.

One year after being shot, 1 Gay 1 hetero, The Movie (original French version with English subtitles) will be shown at the Image et nations Festival. For details: http://www.image-nation.org/2011/film-eng.php?date=2011-11-01

If the Image & Nation webpage is where you come from, to get an idea what the film will be like, feel welcomed to check our adventures, starting with Episode 1 (scroll down for English version.)

Publié dans Informations & Details | 1 commentaire

Dernier Chapitre

Eh oui, comme vous l’avez forcément constaté en ne voyant pas de nouveaux épisodes ces derniers mois, 1 Gay 1 Hétéro a pris fin de façon inattendue.  Comme il arrive trop souvent, la vie a mené les deux auteurs/personnages de la série sur des chemins séparés, chacun avec un agenda qui n’est plus compatible avec celui de l’autre.

Merci à ceux qui nous ont fidèlement suivis durant ces deux années.

Publié dans Informations & Details | Laisser un commentaire

EPISODE 32

Scroll down for English version.








Photos: Guillaume Lessard & Karine Church
Johnné: Luc Bernier










Scenario + dialogues: Steve Requin
Photos: Guillaume Lessard & Karine Church
Johnney: Luc Bernier

Publié dans Episodes, Johnné/Johnney | Laisser un commentaire

Episode 31

Scroll down for English version.








Pham Ruby Hao: Van-Thao Dam
Brandy Manhattan (La serveuse): Stéphanie Gagnon
Photos: Guillaume Lessard & Isabelle Stephen


Bonus: un easter egg










Scenario + dialogues: Steve Requin
Pham Ruby Hao: Van-Thao Dam
Brandy Manhattan (the waitress): Stéphanie Gagnon
Photos: Guillaume Lessard & Isabelle Stephen


Bonus: Easter Egg:

Publié dans Brandy Manhattan, Episodes, Pham Ruby Hoa | 7 commentaires

Episode 30

Scroll down for English version.




À SUIVRE

Ruby: Van-Thao Dam
Photos par Guillaume Lessard et Isabelle Stephen






TO BE CONTINUED

Scenario + dialogues: Steve Requin
Ruby: Van-Thao Dam
Photos: Guillaume Lessard & Isabelle Stephen

Publié dans Episodes, Pham Ruby Hoa | 4 commentaires

Episode 29

Scroll down for English version







La date sans nom: Van-Thao Dam
Photo de Van-Thao Dam: Pierre Roussel
Autres photos: Guillaume Lessard









Scenario + dialogues: Steve Requin
The Date With No Name: Van-Thao Dam
Photo of Van-Thao Dam: Pierre Roussel
Other photos: Guillaume Lessard

Publié dans Episodes, Pham Ruby Hoa | Laisser un commentaire

EPISODE 28

Scroll down for English version








Johnné: Luc Bernier
Photos: Karine Church









Scenario + dialogues: Steve Requin
Johnney: Luc Bernier
Photos: Karine Church

Publié dans Episodes, Johnné/Johnney | 1 commentaire

EPISODE 27

Scroll down for English version





Le gars gay: Marc Desaulniers (hétéro dans la vraie vie)
Le joueur de Wii: Guillaume Lessard (n’en joue jamais dans la vraie vie)
La lesbienne: Karine Church (La blonde à Steve dans la vraie vie)






Scenario + dialogues: Steve Requin
The gay guy: Marc Desaulniers (not gay in real life)
The Wii player: Guillaume Lessard (never plays in real life)
The Lesbian: Karine Church (Steve’s girlfriend in real life)

Publié dans Episodes | 5 commentaires